Actualités

Les solutions pour rester branché

drawv

7 octobre 2021

Non classifié(e)

L’électrification du parc automobile est en route. Le développement du réseau de recharge est crucial pour la croissance du marché des voitures électriques, et ce déploiement doit répondre à deux besoins principaux : la recharge primaire et la recharge pour les trajets longue distance.

Mais alors comment lever les verrous qui subsistent pour les recharges primaires et longues distances ? En quoi la visibilité de l’infrastructure de recharge est un indispensable au développement du marché électrique ?

Charging picture

Crédit photo : Chuttersnap

Le développement de l’offre de véhicules électriques et la disponibilité du réseau de recharge sont engagés dans une course dans laquelle ils évoluent parallèlement.

En 2020 la part de marché des véhicules électriques et hybrides rechargeables a été multipliée par plus de trois pour passer de 3,6 % en 2019 à 12,4 % en 2020, et en 2021 cette dynamique se renforce. Pour répondre à cette forte croissance, on constate un développement majeur du réseau de recharge.  En comptant les bornes privées des particuliers, des copropriétés, entreprises et, commerces, la France totalise 612 000 structures de recharge en 2021. 

Le facteur clé de succès du marché du véhicule électrique est la recharge primaire car selon l’Avère plus de 90% des recharges se font à domicile ou sur le lieu de travail. Quelles solutions pour lever les freins liés à la recharge primaire ?

 

Le premier enjeu : la recharge primaire

La recharge primaire correspond à la recharge de son véhicule effectuée chaque jour, le plus souvent à domicile. Elle suppose donc pour les utilisateurs d’accéder à une infrastructure de recharge, chez eux ou proche de chez eux, qu’ils soient locataires, propriétaires, habitants en résidence individuelle ou collective.

Le droit à la prise 

Késaco ? Tous les utilisateurs de véhicules électriques ont un droit à la prise. Ils peuvent faire valoir ce droit et installer à leurs frais une solution de recharge sur leur parking. Le nouveau décret du 24 décembre 2020, vient renforcer ce droit à la prise. En effet, il ne concernait que les « parking clos ou couverts », il s’étend maintenant à tous les utilisateurs disposant d’une place dans un parking d’accès sécurisé qu’ils soient clos ou ouverts, à l’intérieur ou à l’extérieur.

D’autre part, les particuliers peuvent bénéficier d’un crédit d’impôt pour l’achat et l’installation de prise de recharge à hauteur de 75% du prix de l’équipement (avec une limite de 300€).

Les solutions pour les copropriétés

44% des Français vivent en résidence collective. C’est pourquoi l’aide aux collectivités territoriales et copropriétés qui souhaitent s’équiper en IRVE, a été renforcée et s’élève maintenant de 2000 à 9000 euros en fonction de la puissance délivrée de la borne au lieu de 1000 à 2000 euros auparavant.

Un frein persiste encore à l’installation de prises de recharge dans les copropriétés ; le temps de déploiement : procédures, gestion, maintenance… La solution ? Des sociétés comme ZEPLUG ou encore Electro-Mob installent des bornes de recharge dans les copropriétés pour des frais modiques, sans efforts de gestion pour les syndics. Chaque copropriétaire qui le souhaite pourra faire installer une borne en payant un abonnement.

Qu’en est-il des bornes de recharge sur le lieu de travail ?

La recharge primaire de son véhicule électrique peut également intervenir sur le lieu de travail. Les entreprises peuvent bénéficier du programme ADVENIR avec une aide financière couvrant 30% des coûts d’acquisition et d’installation de l’IRVE sur leur parking.

 

Deuxième enjeu : La recharge longue distance 

Le deuxième facteur clé de succès du marché des véhicules électriques est la recharge longue distance. Comment partir en vacances ou faire des longs trajets avec son VE ?

La solution du Gouvernement

Il est nécessaire de différencier les bornes situées sur des emplacements de voiries dédiées et les bornes sur les autoroutes, ces deux IRVE n’ont pas les mêmes enjeux et impacts. En effet, la borne en ville sera utilisée par une cinquantaine de résidents, alors que la borne de recharge se trouvant sur les autoroutes très fréquentées seront utilisées par un maximum de personnes.

Le Gouvernement va donc investir 100 millions d’euros pour le déploiement de stations de recharge rapide sur les autoroutes et le long des routes nationales. Le ministre délégué chargé des Transport, Jean-Baptiste DJEBBARI a affirmé que « Chaque station sera équipée d’au moins quatre bornes d’une puissance de 150 kW chacune afin de récupérer 80 % de la charge en une vingtaine de minutes ».

Cet investissement s’inscrit dans l’« Objectif 100 000 bornes » qui a été mis en place en octobre 2020, pour renforcer le nombre de bornes de recharges accessibles au public d’ici fin 2021.

En route pour les super-chargeurs

Pour ces trajets longue distance, le temps de chargement est un enjeu majeur d’acceptabilité.

La solution ? les super-chargeurs qui permettent une meilleure liberté de circulation. Des entreprises innovantes lèvent le verrou des recharges longues distances grâce à des infrastructures de recharge capables de recharger en moyenne 200 km en 20 minutes.

Démontré d’abord par Tesla avec son réseau de 2500 stations de super-chargeurs, cette solution a été adoptée et développée par différentes entreprises, start-ups tels que Ionity ou Fastned…

Ionity, consortium de plusieurs constructeurs automobiles : BMW, Ford, Hyundai, Mercedes-Benz, Volkswagen, Audi et Porsche, a pour objectif d’implanter 400 stations de super-chargeurs en Europe.

Map super-chargeur

Carte des stations de super-chargeur de Ionity. Crédit photo : Ionity

Fastned, développe son réseau de recharge ultra-rapide notamment aux Pays-Bas et, commence à déployer ses bornes de recharge en Allemagne, en Belgique, au Royaume-Uni, et en Suisse. Leurs infrastructures de recharge permettent d’ajouter jusqu’à 300 km d’autonomie en 15 minutes.

 

Troisième enjeu : la visibilité et l’accessibilité des IRVE

Le déploiement des infrastructures est largement enclenché, le dernier frein est de savoir où se situent les bornes de recharge et si elles sont accessibles.

En effet, il ne suffit pas que les bornes existent, il est nécessaire de les répertorier et d’avertir les utilisateurs que ces bornes sont disponibles.
Pour répondre à cette problématique, des outils se développe comme Chargemap. L’application mobile Française donne l’accès à une carte répertoriant les IRVE de chaque ville grâce à la géolocalisation, et offre la possibilité de payer sa recharge grâce à un badge universel « Chargemap Pass » compatible sur la plupart du réseau européen.
De nombreuses autres solutions existent et montent en puissance : Izivia du groupe EDF, KiWhiPass, ou l’association de Freshmile (réseaux de borne européen) et Plugsurfing (entreprise franco-allemande qui gère les bornes de différents réseaux) … Ces solutions sont très appréciées par les utilisateurs et comptabilisent de plus en plus d’abonnés, la communauté de Chargemap comprend plus de 150 000 membres.

 

Pour conclure, la disponibilité des infrastructures de recharge ne constituant plus un frein à l’adoption des véhicules électriques sera bientôt une réalité. Des sociétés innovantes mettent au point et développent des produits qui vont permettre de faire sauter les derniers verrous qui subsistent liés à la recharge primaire et longue distance.Des solutions comme les bornes de recharge ultra-rapides, les cartes d’abonnement et des outils permettant une meilleure visibilité et accessibilité des bornes, vont permettre au véhicule électrique d’accélérer son développement.

Partagez :

arrow